Droits de succession et de succession au Luxembourg

Inherited home in Luxembourg

Ce guide des droits de succession au Luxembourg vous aidera à planifier votre succession si vous vous installez au Luxembourg depuis un autre pays.

Les droits de succession au Luxembourg sont basés sur deux éléments : la taille de la succession et votre relation avec le défunt. Dans ce guide, nous expliquons les règles relatives aux droits de succession au Luxembourg, y compris des conseils sur les points suivants :

  • Droit successoral luxembourgeois et règles successorales
  • Utiliser les règles de droits de succession de votre pays d’origine
  • Droits de succession luxembourgeois
  • Payer les droits de succession au Luxembourg
  • Réduire vos droits de succession au Luxembourg

Droit successoral luxembourgeois et règles successorales

Le Luxembourg a un système de succession forcée. Cela signifie que certains membres de la famille ont un droit sur une succession, peu importe ce qui est écrit dans un testament. Le droit successoral luxembourgeois stipule qu’un certain pourcentage de la succession doit être réservé comme suit :

  • Au moins 50% aux enfants (s’il n’y a qu’un seul enfant)
  • Au moins 66,6% aux enfants (s’il y a deux enfants)
  • Un minimum de 75% aux enfants (s’il y a trois enfants ou plus)

Les enfants peuvent renoncer à leur droit à la partie réservée, mais cela doit être fait formellement par une déclaration au greffe du tribunal.

Lois pour les conjoints survivants

Les conjoints survivants ne sont pas des héritiers protégés comme les enfants, mais des dispositions peuvent être prises par le biais du contrat de mariage pour garantir que les conjoints reçoivent soit :

  • Propriété de la partie non réservée de la succession et usage à vie (usufruit) de la partie réservée
  • Usufruit de l’ensemble de la succession

Ces dispositions ne peuvent s’appliquer que si les enfants héritiers du défunt sont également les enfants du conjoint. S’il n’y a pas d’enfants, la totalité de la succession revient au conjoint survivant.

Répartition de la succession

Hormis la partie patrimoniale réservée à la succession forcée, une personne peut répartir le reste de ses biens à sa guise.

Inherited home in Luxembourg

Si aucun testament n’a été laissé, les lois de la succession ab intestat s’appliquent. Cela signifie que la succession serait distribuée dans l’ordre de priorité suivant :

  • Enfants et leurs descendants (p. ex., petits-enfants, arrière-petits-enfants)
  • Le conjoint survivant
  • Parents et leurs descendants (par exemple, frères et sœurs, nièces/neveux)
  • Grands-parents et leurs ascendants (par exemple, arrière-grands-parents)
  • Parents plus éloignés (par exemple, tantes, oncles, cousins)
  • L’état

Lorsqu’une personne laisse dans le deuil ses enfants et un conjoint, le conjoint a le choix entre l’usufruit de la totalité de la succession ou la propriété de la partie non réservée de la succession (pas moins de 25 %). Les partenaires enregistrés sont traités de la même manière que les époux en vertu du droit successoral au Luxembourg.

Le régime matrimonial entre le défunt et le conjoint détermine quels biens sont inclus dans la succession :

  • Régime communautaire (le régime par défaut) : tous les biens sont en copropriété sauf ceux acquis avant le mariage ou par succession ou donation.
  • Régime universel de copropriété : tout est en copropriété.
  • Régime de propriété distincte : chaque époux reste seul propriétaire des biens.

Lois successorales sur les retraites au Luxembourg

Les personnes suivantes peuvent prétendre à une pension de survie au Luxembourg :

  • Conjoint ou partenaire survivant
  • Conjoint ou ancien partenaire divorcé
  • Parents par le sang ou par alliance et parents en ligne collatérale jusqu’au deuxième degré, si l’assuré décède sans laisser de conjoint ou de partenaire survivant
  • Enfants de la personne assurée et, le cas échéant, ses enfants à charge

Les partenariats civils conclus à l’étranger doivent avoir été enregistrés au Luxembourg pour que le partenaire ou ancien partenaire survivant puisse bénéficier d’une pension de survie. Si la personne décédée était active au moment de son décès, une pension de survie n’est disponible que si la personne décédée avait au moins 12 mois consécutifs d’assurance obligatoire au cours des trois années précédant son décès.

Le gouvernement exhorte les survivants à demander la pension (le formulaire est en français) le plus rapidement possible pour éviter le gel du compte.

Utiliser les règles successorales de votre pays d’origine

Si vous n’avez pas la nationalité luxembourgeoise mais que vous avez la nationalité européenne et que vous souhaitez que les lois successorales de votre pays de nationalité s’appliquent, vous devez l’exprimer clairement dans un testament ou une déclaration séparée.

Ces lois s’appliqueront alors tant qu’elles ne contreviennent pas à l’ordre public luxembourgeois (par exemple, discrimination des héritiers fondée sur le sexe ou s’ils sont nés hors mariage).

Les règles de l’UE ne s’appliquent pas aux questions suivantes liées à votre succession :

  • Droits de succession
  • Votre état civil
  • Le régime patrimonial de votre mariage/partenariat (c’est-à-dire comment vos biens devraient être divisés après le décès de votre conjoint/partenaire)
  • Affaires concernant les entreprises
Consultez notre guide pour planifier vos testaments et successions au Luxembourg pour plus d’informations

Droits de succession luxembourgeois

L’impôt sur les successions au Luxembourg est prélevé sur la succession de tous les résidents fiscaux du Luxembourg. Elle est généralement due par les bénéficiaires sur l’ensemble du patrimoine, à l’exception des biens immobiliers détenus à l’étranger.

Les biens meubles à l’étranger détenus par des résidents étrangers sont également exonérés s’ils sont plutôt imposés dans le pays de nationalité.

Stacked euro notes

Les taux des droits de succession au Luxembourg varient en fonction de la valeur des actifs et de la relation entre le défunt et le bénéficiaire. Le taux est calculé sur la base de la part nette perçue par chaque héritier. Une distinction doit être faite entre :

  • Partie légale : perçue par l’héritier en fonction de sa capacité (ex : enfants, conjoint, frères)
  • Partie extra-légale : encaissée par l’héritier à la suite d’un testament, donation, etc.

Les tarifs actuels comprennent les éléments suivants :

  • Un taux de base : fixé en fonction de la capacité de l’héritier
  • Une augmentation du taux de base : en fonction de la valeur de la part reçue

Taux de base des droits de succession sur les successions jusqu’à 10 000 €

Relation amoureuse Taux de base (partie légale) Taux de base (partie extra-légale)
Ligne directe (ascendante ou descendante) 0% 2,5% et/ou 5%
Entre époux et partenaires civils* 0% 0%
Entre frères et sœurs 6% 15%
Entre oncles ou tantes et neveux ou nièces 9% 15%
Entre adoptant et adopté (dans les adoptions simples) 9% 15%
Entre adoptant et descendants de l’adopté (dans les adoptions simples) dix% 15%
Entre grands-oncles ou grands-tantes et petits-neveux ou petites-nièces dix% 15%
Entre toutes les autres personnes 15% 15%
* Partenaires civils liés depuis au moins trois ans par une déclaration de partenariat civil avant l’ouverture de la succession

Taux des droits de succession sur les successions de plus de 10 000 €

Les taux de base des droits de succession au Luxembourg sont majorés si la valeur imposable de votre part de succession est supérieure à 10 000 €. Ils augmentent des montants suivants :

Montant imposable Augmentation en pourcentage par rapport au taux de base
10 000 à 20 000 € dix%
20 000 à 30 000 € 20%
30 000 à 40 000 € 30%
40 000 à 50 000 € 40%
50 000 €–75 000 € 50%
75 000 à 100 000 € 60%
100 000 à 150 000 € 70%
150 000 à 200 000 € 80%
200 000 à 250 000 € 90%
250 000 à 380 000 € 120%
380 000 à 500 000 € 130%
500 000 € à 620 000 € 140%
620 000 €–750 000 € 150%
750 000 € à 870 000 € 160%
870 000 €–1 000 000 € 170%
1 000 000 € à 1 250 000 € 180%
1 250 000 €–1 500 000 € 190%
1 500 000 €–1 750 000 € 200%
1 750 000 €+ 220 %

Combien de droits de succession vais-je payer ?

Le gouvernement fournit l’exemple de calcul suivant, basé sur un héritage de 550 000 €.

Le taux de base applicable (première table) sur cette succession est de 6 %, majoré de 140 % (deuxième table) car la succession vaut 550 000 €. Ainsi, le taux est calculé comme suit :

  • Taux de base : 6 %
  • Augmentation : 140%
  • Taux applicable : 6% + (6% x 1,4) = 14,4%
  • Droits de succession à payer : 550 000 € × 14,4 % = 79 200 €

Taxe de mutation au Luxembourg

Si le domicile le plus récent du défunt n’était pas au Luxembourg, la succession peut à la place être soumise au droit de mutation.

Les tranches des droits de mutation sont identiques à celles des droits de succession, bien que certains biens meubles (comme les fonds de compte bancaire) ne soient pas soumis aux droits de mutation.

Payer les droits de succession au Luxembourg

Les droits de succession et de donation au Luxembourg sont collectés par l’ Administration de l’Enregistrement et des Domaines, ou AED .

Pour payer les droits de succession, vous devrez faire une déclaration de droits de succession. L’AED évalue la déclaration et envoie une demande de paiement.

Luxembourg euro coin

Les paiements des droits de succession sont dus dans les six semaines suivant la fin de l’évaluation.

Le Luxembourg n’a pas de convention de double imposition avec d’autres pays en matière d’impôt sur les successions et les donations.

Réduire vos droits de succession au Luxembourg

Les droits de succession sont calculés sur la valeur totale de l’immobilier au Luxembourg et des biens mobiliers (tels que voitures, meubles ou argent) partout dans le monde.

Pour calculer votre facture, vous devrez d’abord déduire tout passif du montant hérité. Ceux-ci peuvent inclure toutes les dettes existantes et le coût des funérailles du défunt.

Il existe un abattement fiscal sur les petites successions d’une valeur nette allant jusqu’à 1 250 €. Les conjoints sans enfant bénéficient d’un abattement de 38 000 € et les associations caritatives sont exonérées de l’impôt.

Certaines autres exonérations fiscales incluent tout ce qui est acquis avec un partenaire (et lié par une déclaration de partenariat) au moins trois ans avant le décès, ainsi que les immeubles à l’étranger.

En théorie, les biens donnés avant le décès ne sont pas soumis aux droits de succession, mais les biens donnés l’année précédant le décès peuvent être restitués à des fins fiscales.

En savoir plus dans notre guide complet de la fiscalité au Luxembourg

Ressources utiles

  • Gouvernement luxembourgeois – exemples fiscaux
  • Portail e-Justice européen – cadre juridique des droits de succession
  • Obligations d’enregistrement, successions et autorité de la TVA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.